Publications

Bienvenue

Bannire-mytho.jpg

 

Histoire du GLAM

Des ailes au service de la Nation

(par le général de corps aérien Alain Bévillard)

 

Pour des raisons de discrétion dans l'action politique mais aussi pour assurer un maximum de sécurité dans les voyages des présidents, ministres ou secrétaires d'États, le GLAM (Groupe de liaisons aériennes ministérielles) a offert, de 1940 à 1995, une disponibilité de tous les instants. Il a garanti les libertés de manœuvre et de réactivité indispensables au bon fonctionnement de l'État français. 

 

Dans cet ouvrage dévoilant plus d'une centaine d'anecdotes inconnues du grand public, Alain Bévillard nous emmène au cœur de cette unité dédiée au transport des plus hautes autorités de l'État. Rendant hommage à ses serviteurs dévoués, navigants, mécaniciens ou personnels administratifs, tous professionnels de haut niveau, il permet de saisir les valeurs exceptionnelles des équipages d'avions et d'hélicoptères au fil des années. 

Un seul mot d'ordre vaut pour tous au travers des décennies: réussir la mission !

 Ce livre au Format 15 x 22 comporte 450 pages sera en vente à partir du 05 juin 2015 au Prix Public de 20 € + 9 € de port.

 

Le Transport Aérien Militaire Français

  (1945-1949)

(La création) par Luc de Rancourt

 

 

« Considéré comme un simple complément, il n’eut donc jamais sa véritable place dans l’Armée de l’Air et dans la stratégie aérienne de notre Pays ».

 

Telle est la conclusion que tire l’auteur de l’histoire de la naissance et du développement du Transport Aérien Militaire Français de 1945 à 1949.

 

On trouvera dans ce qui est en fait un mémoire de DEA une étude approfondie des circonstances et des politiques qui ont conduit à l’accouchement laborieux et à l’adolescence tourmentée de notre GMMTA/CoTAM/FAP.

 

Un document précieux à lire et à conserver par ceux des anciens qui ont vécu ce créneau de l’histoire du Transport, et par les jeunes et moins jeunes générations. Ils y trouveront peut-être la réponse à la question qu’ils se sont certainement quelques fois posée : « pourquoi ?... »

 

Pierre Mayet

 Service Historique de la Défense - Vente des publications 01 41 93 20 89 ou 01 41 93 20 53

 

 

 La « Saga » du Transport Aérien Militaire

(par le général de corps aérien Alain Bévillard)

Tome 1  (couverture ci-dessous)

Un hommage au T.A.M, cheville ouvrière du dispositif militaire français. Le soleil ne se couche jamais sur les ailes du transport aérien militaire (TAM) français ! Tous les personnels sont sur le pont vingt-quatre heures sur vingt-quatre, 365 jours par an, pour permettre à la France, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, d'exercer ses droits, mais surtout ses devoirs, sur tous les théâtres d'opérations, des plus proches (Balkans, Kosovo) aux plus éloignés (Timor oriental, Cambodge), et en particulier sur le continent africain. Mécanos, spécialistes des escales, pilotes d'aéronefs – tactiques, logistiques, gros et petits, cargos et « VIP », à ailes fixes ou à voilures tournantes – avec leurs équipages, dans une chaîne de dévouement et de solidarité, constituent la cheville ouvrière du dispositif militaire français. C'est un hommage à ces transporteurs que rend ici le général de corps aérien Alain Bévillard. Dans ce premier volume, il retrace le rôle du TAM dans les opérations militaires nationales ou en coalition, de Kolwezi à Nazar-e-Sharif, et de Port-au-Prince à Dumont d'Urville, balayant ainsi tous les continents. Avec de nombreux témoignages, près de photos magnifiques et pour la plupart inédites et un index de plus de noms de personnels concernés, il permet au lecteur de découvrir la Saga du transport aérien militaire français.

Tome 2  (couverture ci-dessous)

 

Le soleil ne se couche jamais sur les ailes du transport aérien militaire d'une France membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies. Un statut qui lui confère des droits, mais aussi et surtout bien des devoirs, comme en témoignent les nombreuses missions humanitaires auxquelles elle participe aux quatre coins du monde.

 

Les « transporteurs » seraient-ils trop modestes, qui ne veulent jamais conter leurs actions quotidiennes pourtant si riches d'espoir et de salut pour celles et ceux qu'ils viennent sauver ? Le général Alain Bévillard le fait à leur place en donnant au Tome II de sa « saga » une orientation résolument humanitaire, pour illustrer concrètement 'action de la France dans le monde. Car tremblements de terre, inondations, déplacements de population et prises d'otages sont le lot quotidien du transporteur, tant sur avions que sur « voilures tournantes » : la RDC (ex-Zaïre), l'Ouganda, l'Ethiopie, mais également l'Asie et ses tsunamis, l'outre-mer, l'Amérique centrale ou Haïti, etc.

 

Exercices et manœuvres, historique des unités du TAM, navigantes ou techniques, et description des aéronefs, avions et hélicoptères confondus, complètent utilement cette saga, sans oublier l'Europe dont la part grandissante esquisse l'organisation du futur commandement aérien militaire européen. Avec de nombreux témoignages, près de 400 photos magnifiques et pour la plupart inédites, et un index de 1600 noms des personnels concernés.

 

 L'esprit du Livre Editions    22 A rue Jacques Rivière 92330 SCEAUX  

www.espritdulivre-editions.com   Prix(par tome) : 50 euros + 7,70 euros de frais de port

 

Histoire des Hélicoptères de l'Armée de l'Air

(Général Michel Fleurance - Colonel Bertrand Sansu)

 

L'Histoire des voilures tournantes de l'armée de l'air débute une année seulement après la naissance officielle de notre institution en 1934 puisque, dès 1935, les premiers autogires volent aux mains des aviateurs.

 

Mais c'est en Indochine que l'hélicoptère va trouver et démontrer son rôle opérationnel au sein des forces armées françaises. Employé par l'armée de l'air dès 1950 sur ce théâtre d'opérations, le frêle Hiller 360 va ouvrir la voie à cette composante nouvelle.

 

En Algérie, les hélicoptères de l'armée de l'air vont connaître un essor sans précédent: avec plus de 350 appareils à la fin  du conflit, ils sont de toutes les opérations de guerre, qui voient les premiers héliportages d'assaut et les premiers vols d’hélicoptères armés.

 

Le présent ouvrage s'inscrit dans une démarche à a fois encyclopédique et thématique. Il vise à présenter l'exhaustivité des unités d'hélicoptères Air de 1950 à 2010. Grâce à cet ouvrage, il est possible de se rappeler que plus de 710 appareils à voilures tournantes ont été mis en service pendant ces soixante dernières années dans l'armée de l'air, cumulant près de deux millions d'heures de vol, au sein de plus de cinquante unités aériennes.

 

Le premier livre sur les hélicoptères de l'armée de l'air de l'Indochine à l'Afghanistan. Près de 600 pages en format 18x25, riches d'environ 500 photos et illustrations.

Ventes Pierre Lavalette 16 rue du Général Leclerc 78000 Versailles

mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   Prix Public de 35 € + 10 € de port.

 

PREMIER PILOTE d'ESSAI d'AEROPLANE

 

 

 

« Louis GAUDART (1885-1913)

 

Un pionnier de l’aviation Premier pilote d’essais d’aéroplane au monde » Cette biographie, richement documentée d’articles de journaux et de photos d’époque, nous entraîne de Pondichéry, à l’école Violet, au début de l’aviation avec les frères Voisin. Nous découvrons la première école de pilotage créée par la Ligue Nationale Aérienne à Port-Aviation, ainsi que le retour en France du record d’altitude en 1909 par Louis Gaudart. Un grand tournant dans sa vie d’ingénieur avec la rencontre de Jean Legrand. Nous vivons les premiers meetings aériens en France et en Europe avec les premiers salons de l’aviation. Nous côtoyons des précurseurs et des pionniers. (Ferber, Quinton, Blériot, Roland Garros, Chavez…)

 

Nous suivons Louis Gaudart à travers les premiers vols d’essais d’aéroplanes demandés par leurs constructeurs pour cerner et corriger les imperfections. Comme ingénieur-mécanicien, il travaille dans la société Donnet-Lévêque sur les premiers hydro-aéroplanes. Il s’associe à Louis Schreck et devient l’ingénieur et le chef-pilote de la société des aéroplanes d’Artois située à St-Omer. Il réalise le premier hydro-aéroplane à coque d’Artois. A la 4ème Exposition de la locomotion aérienne de 1912, au Grand Palais, le d’Artois constitue une des grandes curiosités. Louis Gaudart disparait le 15 avril 1913 lors du meeting de Monaco en effectuant des essais sur le d’Artois.

 

Lieutenant-colonel (h) Jean-Pierre SOURDAIS
Ce livre au Format 21 x 29,7 comporte 231 pages agrémentées de 218 photos et cartes postales et sera en vente à partir du 1er juin au Prix Public de 25 € + 8 € de port.

 

 

Bannire-Gros-Porteur.jpg

Vous souhaitez accéder aux informations de l'espace adhérents.Mais votre mail est inconnu Contactez le bureau aaa.glam@wanadoo.fr